Les pots craquelés

Terminé !

Le voilà émaillé. J’ai brisé le couvercle et j’ai dû le refaire. Quant à l’émaillage, c’est une série de couche d’engobes, de couleurs sous-émail et d’émail vert. Il doit y avoir aussi de l’émail transparent mat, je ne sais plus bien. Cuisine.

 

 


 

 

Le pot de Martine

Je reconduis le processus sur un format moyen. j’essaie d’optimiser le temps de réalisation.

 

 


 

 

Cette fois, je claque la terre après avoir fait l’empreinte de coquillage sur le couvercle. elle triple de taille sans s’abimer. Intéressant.

 

 


 

 

Le pot de Nicole est sorti du four hier. j’ai expérimenté un tas de trucs, empreintes, chalumeau, engobe lavé avec 10% de couverte, engobe tamponné et une couverte mate pour finir par dessus. Il est monté à la plaque étirée en 2 demi-sphères avec un pied en colombin, l’intérieur est lissé au galet. J’ai découpé le couvercle dans la demi-sphère supérieure et je l’ai lancé plusieurs fois pour l’étirer afin qu’il couvre l’ouverture. Mais il s’est déformé à la cuisson en se bombant trop. Il faut penser à compenser en aplatissant la forme avant cuisson pour compenser la déformation.

 

 


 

 

Tout ça en 2 cuissons seulement ! C’est un peu  riche à mon goût, mais dans le style rustique, c’est un vrai manifeste :))

 


 

 

LE POT DE NICOLE

Le stage sur les terres brutes et craquelées m’inspire de nouvelles pratiques. Je tape la plaque d’argile après avoir fixé une face au chalumeau, je fais des empreintes, des scarifications, et je monte sur un support. Archaïque ? créatif ?

%d blogueurs aiment cette page :