Le rugbyman

La main est en place. Je retouche le menton, j’ouvre un peu plus la bouche. On y est.  Je fais le choix de ne travailler que par plan au couteau pour que le sujet garde du dynamisme. Action !

 

 

Je tente un buste moins léché. Je m’impose de travailler au couteau exclusivement. Interdiction de mettre les doigts !  C’est frustrant mais l’outil laisse la trace du geste, le buste est plus spontané pour donner le mouvement.

Demain j’attaque la main. Elle serre le ballon contre la poitrine.

%d blogueurs aiment cette page :