Les vases craquelés

La cuisson n’a pas modifié l’aspect texturé des vases. La terre rouge en poudre a bien tenu incrustée dans la terre blanche. Je pense mettre un émail mat sur l’extérieur et une glaçure teintée à l’intérieur pour l’étanchéïté.

 


 

 

Je tente une approche similaire avec un travail d’empreintes. Je cueille quelques feuilles charnues dans le jardin et je les insère sous le rouleau sur ma plaque d’argile. Je rajoute une pluie fine de terre rouge réduite en poudre. On verra bien à la cuisson ce que ça donne.`

 


 

 

La cuisson du dégourdi est réussie.

J’ai rajouté le petit pot « mini bouddha » qui sert de couvercle à mon concept de vase : lorsque le couvercle est retiré, on a deux objets, le couvercle est un petit pot avec un cactée, le grand vase accueille un bouquet de fleurs coupées. Lorsque le bouquet est fané, on rempile les deux !

 


 

 

Cette fois je teste d’autres textures. J’essaie un grand vase de 38 cm de hauteur en travaillant à la plaque après scarification et blocage au chalumeau. L’étirement opéré par le battage donne un motif inatendu très proche du bois. On dirait une bûche, non ?

%d blogueurs aiment cette page :